Arte Creative — Ora-ïto expose Daniel Buren sur le toit de la “maison du Fada”

News, Octobre 2014
Photos © Olivier Amsellem

Voir le film sur le site d'Arte Creative

Un film de Sébastien Carayol et Katie Callan pour Arte Creative.

 

À Marseille, Ora-ïto a investi le toit de la Cité radieuse de Le Corbusier. Il a réussi la transformation des lieux en un centre d’art contemporain de haut vol, le MAMO (pour “Marseille Modulor”), enclave arty perchée à 56 m de hauteur.

Elle aura tout connu, La Cité Radieuse : les honneurs depuis 1952 d’être le premier “village vertical” de France, avec ses 337 appartements imaginés par Le Corbusier en plein Marseille, ses rues intérieures, boutiques, hôtel, promenades, pour un rêve moderniste d’où l’on n’aurait jamais besoin de sortir. Les humiliations, aussi, mettant des années à se remettre d’avoir été longtemps appelée en ville “La maison du Fada”… Aujourd’hui, c’est grâce à un ouragan permanent surnommé Ora-ïto qu’elle vit une nouvelle phase de son histoire mouvementée : jeune designer parisien à succès né à Marseille, Ito Morabito en a ressuscité en 2013 le gymnase abandonné, sur le toit-terrasse. Presque malgré lui dit-il, parce “qu’il fallait que quelqu’un le fasse”. Depuis, Ora-ïto a réussi la transformation des lieux en un centre d’art contemporain de haut vol, le MAMO.

Investi, habité, qu’a donc trouvé Ora-ïto dans ce lieu-culte, ce lieu de culte de l’architecture ? Et que venait-il chercher dans son obsession pour la Cité Radieuse ? Dans la lignée de la dernière de leur série “documentartistique” I [art] MARFA pour ARTE Creative, les réalisateurs Sébastien Carayol et Katie Callan sont allés rencontrer le MAMO et son démiurge, suivant en guise de fil rouge l’installation de l’exposition “Défini, Fini, Infini”, par l’artiste invité Daniel Buren. Dans “MAMO-ïto”, le disciple explosif et le sage grisonnant, habitués à occuper tout l’écran, observent une rare pause. Comme l’exigeait peut-être toute métamorphose par la magie de l’art in-situ, les hommes s’effacent ici pour laisser le MAMO devenir ce qu’aurait voulu en faire Le Corbusier : non pas un simple décor, mais bien le personnage principal, tout de béton gracile vêtu, d’une architecture devenue six décennies après sa création un lieu de re-création.

Un film de Sébastien Carayol et Katie Callan.
Texte : creative.arte.tv/fr/mamo-ito

Exposition :
“Défini Fini Infini, Travaux in situ, Daniel Buren”
du 30 Juin au 31 Octobre 2014
au MAMO, Centre d’art de la Cité Radieuse, Marseille

L’exposition de Daniel Buren a été rendue possible grâce au mécénat du programme Audi talents awards.