Madame Figaro — MAMO, le MOMA d’Ora-Ïto

Presse, Mai 2013
Photo © Valery De Buchet

Le designer pirate a installé un centre d'art contemporain sur le toit de la Cité radieuse à Marseille. Un projet radical, en hommage à Le Corbusier.

À 35 ans le designer Ora-Ïto surgi par effraction dans la profession en détournant les grands logos du luxe à 19 ans, s’offre le toit de la Cité Radieuse a Marseille, bâtie par Le Corbusier. Il en fait un centre d’art, le MaMo (Marseille Modulor, en référence à la silhouette humaine stylisée inventée par Le Corbusier. Le toit de ce village vertical de 1200 habitants, mythe architectural ou tout simplement « la maison du fada » comme le surnomment les locaux surplombe Marseille à 52 mètres de hauteur dans un tourbillon de vent d’espace et d’horizons. Après deux ans de travaux pour un coût de 7 millions d’euros le MaMo accueillera dès le 12 juin pour sa première exposition une installation de Xavier Veilhan, troisième étape de son parcours « Architectones ». Et durant l’année la jeune génération d’artistes et de designers issus des Audi Talents awards prendra le relais. D’octobre à décembre une rétrospective qui couvrira les sept ans d’activité de ce programme de mécénat présentera les œuvres des finalistes et des lauréats – Cyprien Gaillard en tête. La marque aux quatre anneaux et le MaMo ont signé un partenariat exclusif pour deux ans. De quoi lancer la Cité radieuse dans le grand bain de L’art. Enfin.